Sondage précédent Sondage suivant

Education

Faut-il renommer le ministère de l'Education Nationale pour qu'il devienne le Ministère de l'Instruction Publique ?

1326 votes

Terminé

Oui, cela permettra de remettre en avant le rôle premier de l'école
50,96 %
Non, ce n'est pas nécessaire
43,42 %
Je ne sais pas
5,62 %

Les notes du sujet

Note moyenne : 3.0/5

Commentaires (39)

Nicolas A.

Retour aux fondamentaux. Et non au fondamentalisme. Savoir lire écrire et compter. Un droit pour tous les citoyens. Une fois que l’on comprend ce qui nous est proposé, le choix a un sens.

RépondreSignaler12 déc. 2017 à 07h02

Nicolas A.

Retour aux fondamentaux. Et non au fondamentalisme. Savoir lire écrire et compter. Un droit pour tous les citoyens. Une fois que l’on comprend ce qui nous est proposé, le choix a un sens.

RépondreSignaler12 déc. 2017 à 07h02

Marie-Martine F.

Eliminer définitivement les psycho-pédagogues qui ont fichu en l'air une Ecole qui avait fait ses preuves

RépondreSignaler26 nov. 2017 à 16h25

Dominique G.

L'éducation est du ressort des parents.
L'école enseigne.

Ministère de l'enseignement me paraît plus adapté.

Et surtout, halte aux démagogues, au nivellement par le bas pour obtenir des indicateurs flatteurs qui n'ont aucune valeur. Ne mettons pas dans les mêmes classes ceux qui veulent travailler et ceux qui sont là pour 'perturber'.
Revalorisons également l'enseignement des métiers manuels. il n'y a pas de honte à être plombier, charpentier. Pourquoi faire venir des travailleurs détachés alors que nous pouvons former nos jeunes? Tout le monde ne pas être ingénieur ou médecin c'est une utopie.
La rareté fait le prix. Un bon couvreur, un bon plombier, cela n'a pas de prix.

Je suis un peu rassuré par notre nouveau ministre. Ouf, il était temps. Ces prédécésseurs ont fait tellement de dégâts par idéologie.

RépondreSignaler23 nov. 2017 à 20h43

Francois D.

Un changement de nom c'est bien mais réformer c'est mieux

RépondreSignaler21 nov. 2017 à 18h05

Michel C.

Même si effectivement la dénomination utilisant le terme "instruction" me semble mieux convenir au rôle de l'état plutôt que celui "d'éducation" qui est par nature celui des parents, je n'ai pas le sentiment que ce soit le changement d'intitulé qui permette de changer la route du rouleau compresseur.

RépondreSignaler19 nov. 2017 à 12h48

Régis C.

L'éducation c'est le rôle des parents, pas de l'Etat..
La communauté, " les Pouvoirs Publics" n'ont à agir , qu'en cas de réelle carence des parents.

Par contre l'école doit aller dans le sens des parents et n'a pas à contredire l'éducation de ceux-ci, au moins sur les principaux sujets transversaux (politesse , savoir-vivre, respect des autres, ...)

L'école n'existe que pour diffuser l'instruction, au sens large, ou les connaissances particulières, théoriques ou pratiques, que ne peuvent transmettre les parents.

Le mal est profond, une majorité des enseignants est formatée pour "éduquer" les enfants à la place des parents, en faire des pions dociles de l'Etat, se croyant anticonformistes, et une part importante des parents trouve cela normal ...

RépondreSignaler18 nov. 2017 à 22h48

Marie France H.

L’éducation est de la seule responsabilité des parents.

RépondreSignaler18 nov. 2017 à 11h52

Bernard H.

Oui sans doute, mais il faut beaucoup plus que cela, pour "réformer le Mamouth" comme disait Claude Allègre. Une organisation qui a un effectif de plus d'un million de personnes, pour être efficace, se doit de quitter l'organisation bureaucratique qui est la sienne. Pour soit disant être objectif, tout est impersonnel. L'autorité est considérée comme dangereuse à exercer, alors elle est dispersée, impossible à localiser clairement, ce qui engendre un climat d'irresponsabilité couvert par le statut. Personne ne peut rien sur personne. Et dans ce climat organisationnel, heureusement un % de fonctionnaires aiment et font tout ce qu'ils peuvent pour réussir à travailler. Il faut recréer les conditions pour que les opérationnels, les chefs d'établissement et les professeurs qui sont en première ligne soient soutenus par leur hiérarchie, qui elle-même devrait avoir du pouvoir, Tout doit être repensé : la finalité de l'organisation, sa structuration, les fonctions opérationnelles, la culture d'entreprise, etc.

RépondreSignaler16 nov. 2017 à 21h23

Richard M.

Arrêtons de tourner en rond et agissons

RépondreSignaler16 nov. 2017 à 11h48

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques, de personnalisation et de partage sur les réseaux sociaux.